Encaisse demain aujourd’hui

Encaisse demain aujourd’hui
d’un grand geste à l’encre macabre
les fers que tu as toujours laissés au feu

les sombres océans ont faim.

Le ventre travaille
ici sur cette plage de minuit
flamme spectrale d’images veloutées

chaude et profonde nuit de luciole africaine

Encaisse demain aujourd’hui
un bagage haletant attend
un acajou se fait la malle
pour le paradis de la rue des bazars

Encaisse demain aujourd’hui
pas le moment de déconner
il est l’heure bois une goutte bel enfant
grimpe sur ce soufflant sifflet de sainte théière

jusqu’à ce que la fable du conteur se déroule en toi

et que le...rai lumineux disparaisse.

Poème Michael D. Amitin
traduit par Lionel Roudet
Photographie Julie Peiffer